Babyboom
Bébé

L’allaitement au quotidien : adoptez les bons réflexes

"foo"

L’allaitement au quotidien : adoptez les bons réflexes

De retour à la maison, vous allez progressivement trouver vos propres marques pour poursuivre votre allaitement le plus confortablement du monde, à la fois pour vous et pour votre tout-petit. Cette relation nourricière, si personnelle soit-elle, gagnera toutefois à tenir compte de ces quelques conseils.

Devancez et respectez les désirs de votre bébé

Durant les premières semaines, il va de soi que vous resterez en permanence à proximité de votre bébé. Alors, proposez-lui le sein à chacun de ses éveils. N’attendez pas qu’il pleure mais guettez plutôt les signes indiquant qu’il souhaite téter : s’il tourne la tête, la soulève, ouvre la bouche, tire la langue ou suçote ce qu’il rencontre, c’est qu’il est prêt !

C’est aussi votre bébé qui fixera la fréquence et la durée des tétées. Laissez-lui cette liberté sans vous imposer d’intervalle entre deux. Ne vous affolez ou ne vous impatienter pas si la tétée dure 10 minutes ou ¾ d’heure : il y a des bébés rapides et d’autres qui aiment prendre leur temps... Et si votre petit est né à terme et en bonne santé, il est inutile de le réveiller pour téter, même s’il dort 6 heures d’affilée ou plus !

 

Installez-vous confortablement

Bien sûr, avant chaque tétée, vous prendrez soin de bien vous laver les mains. Pour autant, ne multipliez pas les gestes d’hygiène sur vos seins : vous supprimeriez les vertus antiseptiques et olfactives de vos mamelons et votre bébé en serait perturbé ! Une à deux douches par jour suffisent.

Veillez surtout à votre confort lors des tétées. Elles peuvent représenter plusieurs heures chaque jour pendant les premiers mois, et une mauvaise position peut engendrer des douleurs dorsales importantes ! Dans la mesure du possible, installez-vous au calme, soit couchée sur le côté, votre bébé en face de vous, soit assise, le dos bien soutenu appuyé sur des coussins et votre bébé allongé au creux de votre bras ou mieux, sur un coussin d’allaitement. Plus vous serez attentive à votre confort, plus cette parenthèse sera un merveilleux moment pour vous et votre tout-petit.

 

Aidez votre bébé à bien se positionner

Même si vous avez une préférence, pendant les premières semaines, donnez systématiquement les deux seins à votre bébé, pour bien établir votre lactation. Donnez-lui un sein jusqu’au bout, puis en fin de tétée, proposez-lui l’autre... qu’il prendra ou pas. Et inversez à la tétée suivante. Soyez surtout attentive à sa position durant l’allaitement.

Pendant la tétée, votre bébé doit être placé de façon à ce que son visage soit face au sein, sa petite bouche au niveau du mamelon, sans qu’il ait à tourner la tête. Présentez donc le mamelon devant sa bouche, en veillant à ce que sa tête soit inclinée vers l’arrière. Laissez-le ouvrir grand la bouche et saisir le sein tout seul en veillant à ce qu’il saisisse la totalité de l’aréole et non seulement du téton. C’est très important pour éviter la formation de crevasses douloureuses mais aussi pour garantir des tétées efficaces.

Si votre bébé a mal saisi le sein, enlevez-le-lui doucement puis caressez le sillon entre son nez et sa lèvre supérieure (le philtrum) avec votre téton : par réflexe, sa bouche s’ouvrira grand, ce qui vous permettra de lui redonner le sein dans une meilleure position.

Veillez enfin à ce que son menton soit bien collé au sein pour dégager son nez. Il ne vous restera plus qu’à profiter de ce doux moment à deux, sans vous imposer ni à l’un ni à l’autre une durée limite et sans chercher de votre côté à connaître la quantité de lait qu’il a avalée. Votre tout-petit connaît ses besoins !

 

Après la tétée, prenez soin de votre petit et de vos seins

Si votre bébé ne s’endort pas après la tétée, placez-le debout contre votre épaule et tapotez doucement son dos : il peut avoir besoin de faire un petit rot ! S’il s’est endormi, vous pouvez le recoucher sans le réveiller. Pensez aussi à vous après chaque tétée. En appliquant un baume spécifique allaitement sur vos mamelons, vous en protégerez efficacement leur délicatesse cutanée.

 

Vérifiez l’efficacité de votre allaitement

N’ayez crainte, votre instinct vous préviendrait si votre allaitement connaissait des difficultés ! Les premières semaines, évitez toujours de donner un biberon de complément : votre lactation pourrait connaître une baisse, vos mamelons souffrir d’une moindre stimulation et votre bébé, un peu perturbé, avoir ensuite du mal à téter efficacement.

Différents signes vous permettent de juger facilement du bon déroulé de vos tétées. C’est le cas lorsque :

  • durant vos tétées, votre bébé tète avidement et déglutit régulièrement. Sachez qu’au début, les déglutitions accompagnent chaque mouvement de succion, puis elles s’espacent au fur et à mesure que le lait diminue,
  • à l’issue de la tétée, votre bébé, repu, lâche alors votre sein et s’assoupit, la peau joliment rosée et les muscles totalement détendus,
  • les couches de votre bébé sont bien mouillées, et il produit chaque jour durant les premières semaines de 4 à 8 selles jaune d’or et granuleuses. Par la suite, les selles peuvent se raréfier, jusqu’à une ou deux par jour ou même moins. Tant qu’elles restent souples et les couches mouillées d’urine, il n’y a pas de problème de constipation,
  • votre bébé prend du poids régulièrement. Inutile toutefois de le peser quotidiennement, ou pire encore avant et après chaque tétée : cela ne servirait qu’à vous angoisser. Si votre bébé est en forme, la pesée mensuelle chez votre médecin est amplement suffisante. Toutefois, si cela vous rassure, vous pouvez le peser vous-même une fois par semaine : plus fréquemment, les variations de poids ne seraient pas significatives.

Les bons gestes pour protéger vos seins

L’allaitement s’accompagne parfois de petits inconforts. Les anticiper vous permettra de ne pas vous affoler inutilement et surtout de savoir comment bien réagir pour que les tétées restent un bonheur partagé.

 

Pour ne pas être gênée par des écoulements

Lors des premières semaines d’allaitement, il est courant d’observer un écoulement spontané de lait. C’est le cas par exemple lorsque vous entendez un bébé pleurer, si votre bébé n’a pas tété depuis plusieurs heures ou encore si vous pensez à lui, après un rapport sexuel ou lors d’une émotion vive. Rassurez-vous, même si ces débordements peuvent être gênants, ils n’ont rien d’inquiétant. Placez simplement un coussinet de coton dans votre soutien-gorge pour les absorber sans vous en soucier davantage.

 

Pour éviter les crevasses et gerçures

Ces crevasses ou gerçures que redoutent toutes les jeunes mamans sont souvent plus fréquentes chez les femmes à la peau et aux cheveux clairs. Elles n’apparaissent généralement que pendant les premières semaines d’allaitement et peuvent aller du simple mamelon irrité jusqu’à la fissure saignante, rendant les tétées parfois très douloureuses... Mais rassurez-vous, les spécialistes sont formels, elles peuvent facilement être évitées en prenant quelques précautions :

  • ne décapez pas le sébum protecteur de la peau de vos seins par des lavages trop fréquents ! Une à deux douches quotidiennes avec un gel lavant doux sont suffisantes,
  • veillez à ce que votre bébé tète en très bonne position, face au sein, la bouche grande ouverte et prenant tout le mamelon,
  • après la tétée, séchez votre mamelon et appliquez un baume réparateur spécifique allaitement,
  • si des crevasses se sont malgré tout formées, laissez vos seins le plus possible à l’air libre et enduisez régulièrement vos mamelons douloureux d’un baume réparateur spécifique allaitement.

 

Pour ne pas souffrir d’engorgements

Ce durcissement douloureux des seins dont on vous a parlé n’est absolument pas une fatalité ! Pour l’éviter, il convient de mettre votre bébé au sein le plus souvent possible. Et ce, le plus précocement possible car c’est au moment des premières montées de lait que l’engorgement est le plus fréquent.

Si l’engorgement persiste, vous pouvez provoquer manuellement l’écoulement de votre lait en saisissant l’aréole entre vos doigts puis en l’étirant doucement. Vous pouvez réaliser ce geste sous une douche chaude, ce qui facilitera l’écoulement du lait. Si vous n’y parvenez pas, n’hésitez pas alors à utiliser un tire-lait jusqu’à ce que vos seins s’assouplissent et redeviennent confortables.

 

Pour bien réagir en cas de mastite

Il peut parfois arriver aux jeunes mamans de ressentir un gonflement important et très douloureux d’un sein, qui devient alors rouge et chaud. En parallèle, une fièvre, une fatigue intense et des douleurs diffuses peuvent aussi se manifester... Ces symptômes identiques à ceux de la grippe sont également ceux d’une mastite inflammatoire. Si vous les ressentez commencez par adopter les mesures suivantes :

  • mettez votre bébé au sein le plus souvent possible, en particulier sur le côté douloureux,
  • reposez-vous, vraiment, au lit, votre bébé à vos côtés,
  • appliquez sur votre sein douloureux des serviettes humides et chaudes, ou au contraire des poches de froid (enveloppées d’un linge pour ne pas vous brûler) si cela vous soulage mieux,
  • si vous ne constatez aucune amélioration dans les 24h, consultez votre médecin, qui, probablement vous prescrira un traitement antibiotique. Sachez toutefois qu’une mastite ne nécessite pas l’arrêt de l’allaitement.
Nursing balm Mustela
Nursing balm Mustela

Depuis votre grossesse Mustela vous aide à prendre soin de vous et de votre peau grâce à sa gamme dédiée à la maternité.

Maintenant que bébé est là, continuez à vous occuper de vous avec le baume allaitement.

Découvrez toute la Gamme Mustela® Maternité ici.

 

Cet article est écrit en partenariat avec Mustela.