Babyboom
Babyboom
Bébé

Allergies alimentaires : comment organiser les repas de bébé ?

5 min
Santé bébé, Alimentation
Bébé

Allergies alimentaires : comment organiser les repas de bébé ?

5 min
Éveil, Santé
Les allergies alimentaires concernent de plus en plus de jeunes enfants. Si la situation s’améliore parfois avec le temps, préparer les repas de bébé en fonction de ses sensibilités demande une véritable organisation.

Selon une étude du service d’allergologie de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, 59 % des petits patients allergiques sont des enfants de moins de 3 ans. L’allergie s’exprime donc très souvent dès le plus jeune âge.

Il s’agit d’une réaction du système immunitaire après l’ingestion de certains aliments qui peut s’exprimer sous plusieurs formes et dans certains cas causer des réactions graves. 

Quand les enfants ne digèrent pas bien certains aliments, mais n’y sont pas allergiques pour autant, on parle alors d’intolérance. Il ne s’agit pas dans ce cas d’une réaction du système immunitaire.

Les Baby & Me Talks de Nestlé Baby font le point dans une vidéo illustrant la différence entre une allergie et une intolérance. 

Reconnaitre l’allergie alimentaire

Les réactions allergiques peuvent être quasi instantanées ou apparaître dans les heures qui suivent l’ingestion de l’aliment allergisant. Il peut s’agir de réactions cutanées, digestives ou respiratoires.

Généralement, le bébé allergique développe des plaques rouges sur la peau ou d’autres symptômes qui peuvent aller d’un changement de l’état général, comme une forte irritabilité ou une somnolence, à un gonflement des lèvres ou de la langue, à des difficultés à respirer, à des vomissements ou des diarrhées.

Lorsque bébé présente de tels symptômes à l’ingestion d’un aliment, il est recommandé d’effectuer des examens pour confirmer l’allergie.

Éviter les réactions allergiques 

Toujours selon notre étude du service d’allergologie de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, sur le banc des accusés des aliments les plus couramment responsables d’allergies chez le très jeune enfant, on retrouve fréquemment : les œufs, les fruits à coque, le lait de vache, les arachides, le poisson et certains fruits du groupe latex comme le kiwi, l'avocat, la châtaigne, la banane, la pêche ou encore la mangue… mais pas seulement. Bébé peut être allergique à un seul aliment, parfois à plusieurs.
 

Le traitement consiste alors à éviter l’aliment en question ainsi que ses dérivés. L’autorité européenne de sécurité des aliments a par ailleurs listé les 14 aliments allergènes les plus fréquents dont la mention doit être faite en gras sur les étiquettes des produits alimentaires. Si Bébé est allergique aux œufs ou au lait, par exemple, il faudra alors vérifier les étiquettes des produits préparés comme les biscuits ou les petits pots pour s’assurer qu’ils n’en contiennent pas. 

Bien entendu, il faudra éviter l’entrée en contact des aliments de bébé avec la substance allergisante afin d’éviter le phénomène de contamination croisée. 

En fonction des cas, les symptômes peuvent disparaitre au fil du temps grâce à l’acquisition d’une tolérance à l’aliment allergisant.

Dans cette vidéo, Tallita et Maarten racontent le changement d'alimentation de leur fille allergique à de multiples aliments. 

Le lait maternel, aliment par excellence des tout petits

Bien entendu, le lait maternel est parfaitement adapté à Bébé qui n’y est pas allergique. Les anticorps contenus dans le lait maternel constituent la meilleure des préventions contre les allergies alimentaires et on recommande que l’allaitement maternel dure au minimum six mois.

Cependant, dans quelques cas rares, le bébé allaité peut présenter une allergie aux protéines d’un aliment que sa maman consomme. 

C’est la surprise qu’ont eue Tallita et Maarten, parents de Tiago et Anna, quand ils ont constaté que leur petite Anna est allergique au lait de vache, aux œufs et au soja. Elle ne peut pas en consommer au risque de faire d’importantes réactions. Les jeunes parents se sont rendu compte d’une nette amélioration dès qu’ils arrêtent de donner ces aliments à leur fille. 

À un point tel que Tallita qui allaite Anna en est arrivée à observer que sa propre alimentation a un impact sur les allergies d’Anna. 

Résultat : ils ont fini par diviser la cuisine en deux ! Avec d’un côté les produits sans substances allergènes réservés à Anna et sa maman, et de l’autre, les produits pour les hommes de la famille.

« C’est un effort à faire le temps de l’allaitement, de la même manière que l’on ne boit pas d’alcool durant la grossesse », souligne Tallita qui se réjouit déjà de pouvoir un jour remanger tout à fait normalement.

Inutile de retarder la diversification alimentaire 

Si pour des parents comme Tallita et Maarten, il est nécessaire de changer les habitudes dans la cuisine, ils s’organisent pour varier les repas de leur fille.  

Quoiqu’il y ait quelques années à peine, on pensait encore qu’il fallait attendre un certain âge avant de proposer les aliments plus susceptibles de causer des allergies à bébé, on sait maintenant que retarder l’introduction des aliments allergisants ne prévient pas les risques d’allergies.

Pour les bébés allergiques au lait ou pour une diversification alimentaire sereine, la meilleure démarche à suivre est de demander conseil à votre pédiatre.

Cet article est écrit en partenariat avec Nestlé Baby&Me.

Matériel éducationnel destiné aux parents. Avis important : La meilleure façon de nourrir un bébé est de l’allaiter au sein car le lait maternel offre un régime idéalement équilibré, qu’il protège le bébé contre les maladies et a de nombreux autres bénéfices tant pour le bébé que pour la maman. Nous vous recommandons de demander conseil auprès de votre médecin, ou de votre consultation pour nourrissons, lorsque vous déciderez de la manière de nourrir votre bébé. Les mères devraient également recevoir des conseils sur la préparation et le maintien de la lactation. Si vous choisissez d’allaiter, il est important de manger sain et équilibré. Le lait infantile est destiné à remplacer le lait maternel lorsque les mères choisissent de ne pas allaiter ou si, pour une autre raison, elles ne peuvent le faire. La décision de ne pas allaiter ou d’introduire partiellement les biberons de lait infantile, diminuera la production de lait maternel. Si pour quelque raison, vous choisissez de ne pas allaiter, rappelez-vous qu’il vous sera difficile de revenir sur votre décision. L’utilisation de lait infantile a également des implications sociales et financières devant être prises en considération. Les biberons de laits infantiles doivent toujours être préparés, utilisés et conservés tel qu’indiqué sur l’emballage, afin d’éviter tout risque pour la santé de bébé. Avec les compliments de NESTLÉ. 

A découvrir sur notre shop !
Vinalac
Vinalac Prénatal
18.90
Acheter
A découvrir sur notre shop !
Vinalac
Vinalac Prénatal
18.90
Acheter
Medela
Soutien-gorge de grossesse et d'allaitement Keep Cool Noir M
25.99
Acheter
Medela
Soutien-gorge de grossesse et d'allaitement Keep Cool Chair S
25.99
Acheter
Et encore plus de ...
Santé bébéAlimentation