Babyboom
Grossesse

Grossesse et sexualité

Grossesse

Grossesse et sexualité

Une femme enceinte n’est pas malade. Vous pouvez donc vivre tout à fait normalement et faire l’amour comme avant.

Votre corps se métamorphose, s’arrondit et votre partenaire et vous bien un peu déconcertés vous demandez s’il reste une petite place pour votre vie de couple ?

Une chose est sûre : le fait d’être appelé à devenir parents bouleverse la sexualité.

 

Avoir des rapports sexuels pendant la grossesse ?

Une femme enceinte n’est pas malade. Vous pouvez donc vivre tout à fait normalement et faire l’amour comme avant. Beaucoup de pères craignent que la pénétration ne blesse le bébé ou ne provoque une fausse couche. Il a peur de vous faire mal à tous les deux.

Rassurez-le, et rassurez-vous, il n’y a rien à craindre. Le bébé est très bien protégé dans votre ventre et tout laisse à penser qu’il vit très bien la sexualité de ses parents car en union avec vous, il partage certainement votre plaisir. Adaptez votre sexualité à « vos formes ». Au fur et à mesure des 9 mois, certaines positions deviendront inconfortables. Faites appel à votre imagination, voilà l’occasion de découvrir une nouvelle sexualité où la tendresse s’exprime davantage et souvent en dehors de l’acte sexuel.

Prudence

Si votre grossesse est difficile ou fragile : risque de fausse-couche ou d’accouchement prématuré, saignements, douleurs anormales, les relations sexuelles, au même titre que le sport, sont interdites.

 

Qu’en est-il de votre désir ?

Certaines auront horreur de ça ou … à l’inverse, plus envie que jamais ! Le tout est de pouvoir en parler sans culpabilité ni crainte.

Le désir sexuel s’organise paisiblement autour du bébé à naître. Un nouveau rythme s’installe. Bien sûr, les premiers mois sont parfois difficiles. Assaillie par différents petits malaises et inquiète, à tort, à l’idée de faire une fausse-couche, vous vous sentez crispée. Les jeux de l’amour sont moins attrayants, ce qui ne veut pas dire que vous aimez moins votre conjoint.

Vous pouvez ressentir aussi un sentiment de plénitude. La sensualité plus vive que jamais est comblée par cet enfant qui vous relie à votre partenaire. Dans ce contexte, vous êtes moins disponible et ressentez moins la nécessité de rapport sexuel, ce qui peut déconcerter votre conjoint(e). Parlez-lui pour qu’il/elle ne se sente pas exclu(e).

Le second trimestre de la grossesse est souvent une période de renouveau où chacun se retrouve. En fin de grossesse, le bébé bouge et prend de plus en plus de place. Question intimité… vous voilà à 3 ! Difficile donc de se concentrer, de se sentir libre. L’amour prend donc des chemins différents.

Et du côté du partenaire ?

L’envie de faire l’amour constitue, pour la plupart, la manière la plus « naturelle » et la plus immédiate de vous témoigner amour et fidélité.

Pendant la grossesse, cet élan est parfois interrompu par votre refus, d’où désarroi, inquiétudes et parfois colère, jalousie et sentiment d’abandon. Mais il peut également être terriblement intimidé.

La présence de ce petit bout sur lequel il n’a pas beaucoup de prise le dérange. Tout cela peut faire que son désir s’amenuise.

Dans ce climat d’incertitude, vous avez un grand rôle à jouer pour rassurer votre partenaire. Confiez-vous l’un à l’autre autant que possible. Faites preuve de délicatesse et de patience car, face à ce bouleversement physique et psychologique, un temps d’adaptation est nécessaire pour vivre cette aventure en toute harmonie. La grossesse est en fait la période idéale pour développer une sexualité un peu différente et tout aussi enrichissante.

 

Vous devrez donc vous y faire. Les relations sexuelles se modulent au fil de la grossesse. Avec des périodes de désir et des périodes creuses. Rien de plus normal !