Babyboom
Bébé

Biberon : un dossier complet pour vous informer !

Bébé

Biberon : un dossier complet pour vous informer !

Ils assurent tous les besoins nutritionnels de bébé, et grâce aux progrès de la recherche, miment de mieux en mieux les bénéfices du lait maternel. Ainsi, certaines marques proposent des laits enrichis en bonnes bactéries ou en ingrédients alimentaires, qui stimulent les défenses immunitaires de bébé.

Une fois que vous avez trouvé le bon biberon, il reste encore à choisir un lait adapté à votre enfant. Votre bébé a besoin d’un lait infantile et non du lait de vache, qui est tout à fait déconseillé. Ces laits adaptés sont conçus pour couvrir les besoins essentiels de votre enfant et lui permettre de grandir en bonne santé. Comment choisir, comment l’utiliser ? Suivez le guide.

Dans le biberon, vous versez :

  • De l’eau faiblement minéralisée ;
  • Un lait adapté à l’âge de votre bébé recommandé par votre pédiatre et à bonne température ;

Jamais de lait de vache avant 1 an et idéalement pas avant 18 mois ;

Pas de lait « particulier »  (AR, hypoallergénique,…) sans avis médical.

 

Un lait infantile ou adapté, c’est quoi ?

Les laits adaptés sont élaborés de manière spécifique pour répondre à tous les besoins nutritionnels d’un enfant, de la naissance à l’âge de 5 ans.

Vu qu’il s’adresse à un individu particulièrement fragile, bébé, ils sont strictement contrôlés sur le plan nutritionnel et le plan de l’hygiène.

On distingue, 2 grandes catégories de lait adapté, en fonction de l’âge de votre enfant.

 

1. Les laits 2e âge ou laits de suite

Les laits de suite prennent le relais quand l’enfant commence à manger ses premiers aliments solides (panades de fruits ou de légumes). Ils apparaissent donc dans l’alimentation de bébé plutôt vers 6-7 mois et jusqu’à l’âge de 12-18 mois. Ces laits présentent la particularité d’être enrichis en fer, car bébé a épuisé les réserves qu’il avait acquises durant la grossesse. Le fer est un minéral important pour la croissance et le système immunitaire et bébé en absorbe trop peu tant qu’il ne mange pas de viande. Ils sont plus gras qu’un lait de vache ordinaire (la graisse est la principale source d’énergie chez bébé) et aussi enrichis en acides gras essentiels, qui contribuent au développement du cerveau, de la vision et à la maturation du système nerveux. Ils sont disponibles en grande surface et en pharmacie.

 

Bon à savoir

Il est vivement conseillé de continuer à donner à bébé au moins 500 ml de lait 2e âge par jour jusqu’à 1 an (voire au-delà) et un lait adapté jusqu’à 5 ans pour qu’ils grandissent bien et en bonne santé.

 

2. Les laits de croissance

Comparables aux laits de suite, ils conviennent aux enfants à partir de l’âge de 1 an et jusque 3 ans. Ils sont enrichis en fer (le lait de vache en est pauvre), en zinc et en vitamines (A, D, E et C). Ils procurent des graisses de meilleure qualité que le lait de vache et les précieux acides gras essentiels. Récemment, leur composition en protéines a été revue à la baisse. Cette position a été adoptée afin de réduire le risque de surconsommation de protéines chez les jeunes enfants (un risque présent avec le lait de vache), qui peuvent favoriser le développement de l’obésité ou une surcharge des reins. Leur taux de sucre est également adapté aux besoins de bébé.

 

Les préparations à base de soja

Leur valeur nutritionnelle n’est pas supérieure aux laits adaptés concoctés à partir de composants du lait de vache. Leur usage est réservé sous avis médical et leur classification est comparable aux autres laits infantiles (1er et 2e âge). En revanche, ne les confondez surtout pas avec les « laits », crèmes desserts, jus, « yaourts » à base de soja qui ne conviennent pas à l’alimentation d’un enfant de moins de 3 ans.

 

Lait de vache : le plus tard possible

Le lait de vache est fortement déconseillé chez les bébés, avant l’âge d’un an et au moins avant 18 mois. Il est trop riche en protéines (risque d’obésité à l’adolescence, de surcharge rénale…), en sel, pas assez riche en graisses, pauvre en acides gras essentiels et en glucides, relativement indigeste (en raison de la nature de ses protéines) et trop pauvre en fer. La nature l’a destiné au…veau et pas à au petit de l’homme.

Avant 1 an, préférez donc les laits 1er âge ou 2e âge, adaptés aux besoins spécifiques de votre bébé. Entre 1 an et 5 ans, donnez la préséance aux laits de croissance, en raison de leur apport en fer et en acides gras essentiels.

Enfin, ne donnez jamais de laits d’autres animaux (brebis, chèvre, jument,…), ni de lait cru à votre enfant. Les premiers ne sont pas adaptés à ses besoins et peuvent s’avérer dangereux. Le second est facilement contaminé par des bactéries. Utilisez donc toujours un lait pasteurisé ou stérilisé.

 

Les laits pour les maux de bébé

Bébé aime le lait, mais il arrive parfois qu’il le tolère mal ou qu’il tète de façon inadaptée. Les principaux désagréments sont la régurgitation, les coliques, le reflux gastro-œsophagien, les problèmes de transit, voire le risque d’allergie. Pour prévenir ces problèmes ou mieux les soulager, il existe une gamme de laits adaptés (1er et 2e âge) aux propriétés particulières. Ne les achetez jamais sans avoir consulté votre médecin.

Ces dernières années, de nouvelles préparations avec des teneurs différentes en lactose, des probiotiques ou « bonnes bactéries » (comme le bifidus) ou contenant des prébiotiques (des ingrédients alimentaires utilisés comme nourriture par les bonnes bactéries de l’intestin pour se multiplier) ont aussi envahi le marché pour améliorer la digestion, renforcer la flore intestinale, favoriser le transit, voire prévenir les allergies. N’hésitez pas à demander conseil à votre pédiatre.

 

Si bébé régurgite ou a des problèmes de déglutition.

Les laits AR (anti régurgitation) sont indiqués. Ils ont été épaissis pour freiner les rejets de petites quantités de lait après les repas.

Si bébé a des coliques, un transit difficile ou de la diarrhée

Les laits anti-coliques, acidifiés et enrichis en bonnes bactéries, peuvent soulager bébé et faciliter la digestion.

En prévention des allergies

Les laits HA (hypoallergéniques) préviennent le risque d’allergie. Ils sont généralement conçus à partir de protéines de lait de vache qui ont été découpées en petits morceaux pour faciliter leur digestion. Ils sont recommandés si un des deux parents ou des frères et sœurs est/sont allergique(s). Leur usage est préventif et ils ne peuvent pas être employés chez des enfants où l’allergie aux protéines de lait de vache (la plus fréquente) est diagnostiquée par le médecin.

Votre bébé est d’humeur maussade, présente des éruptions cutanées, une diarrhée persistante, des coliques à répétition, ne grossit plus… ? Il se peut qu’il souffre d’allergie aux protéines du lait de vache. Si le diagnostic médical le confirme, votre pédiatre vous conseillera un lait adapté, appelé « diète semi-élémentaire ». Ces laits spéciaux se caractérisent par un découpage en morceaux très poussé des protéines du lait de vache (ou de soja). Cette technique permet d’obtenir un « lait » qui ne provoque pas de réaction allergique. Ils sont particulièrement amers, mais nécessaires. Leur usage doit être respecté selon les recommandations du médecin.

 

Récapitulatif sur les laits pour votre bébé

Lait 2e âge ou lait de suite : 6 mois jusqu’à 18 mois révolus

Lait de croissance : à partir de 1 an et jusque 5 ans

Lait de vache : idéalement pas avant 18 mois

 

Quelles quantités de lait en poudre ?

Il est très difficile de répondre à cette question dans la mesure où votre bébé est unique. Les quantités évoluent selon l’âge et l’appétit de votre bébé, variable en fonction des jours ou même des heures. Respectez sa faim : parfois, il abandonnera la moitié d’un biberon, et à d’autres moments, il réclamera un supplément. Si sa courbe de croissance est régulière et qu’il est repu et souriant après avoir mangé, c’est qu’il mange suffisamment. Evidemment, votre pédiatre peut vous conseiller et les emballages des laits infantiles donnent aussi des indications de quantités (attention, ce sont des moyennes).

 

L’eau du biberon

On l’oublie parfois, mais votre bébé n’est pas un adulte en miniature. Ainsi, proportionnellement à son poids, il boit beaucoup plus d’eau. L’OMS est très stricte sur le sujet : elle recommande l’eau en bouteille pour la préparation des biberons. Mais pas n’importe quelle eau en bouteille ! Celle-ci doit impérativement être faiblement minéralisée et pauvre en nitrates. Demandez conseil à votre pédiatre. Mais sachez d’ores et déjà les repérer en lisant les étiquettes. Rien de plus simple : identifiez la mention « convient pour l’alimentation des nourrissons ».

Enfin, gardez à l’esprit qu’une eau en bouteille n’est pas stérile. Il est donc préférable de la conserver au frigo et de la consommer endéans les deux jours.