Babyboom
Désir

L’histoire de la fécondation

"foo"

L’histoire de la fécondation

Avant d’être un formidable exploit technique, c’est surtout une extraordinaire aventure humaine entre 3 héros : un bébé, sa maman et son papa.

Un homme et une femme désirent un enfant. Voilà le début d’une belle histoire : 9 mois de grossesse.

Mais avant d’être un formidable exploit technique, c’est surtout une extraordinaire aventure humaine entre 3 héros : un bébé, sa maman et son papa. Voilà un défi aux lois mathématiques car 1+1 ne fait pas 2 mais 3 !

 

Épopée d’une fécondation

Imaginez une horde de spermatozoïdes qui s’engouffrent et courent à la rencontre de l’ovule, frais pondu par l’ovaire. Le jour J. arrive : le noyau du spermatozoïde élu entre des millions va s’unir au noyau de l’ovule, c’est la fécondation. La première cellule d’un nouveau petit être est née.

Ces noyaux sont porteurs des gènes, c’est-à-dire de tous les caractères héréditaires des parents, soit 46 chromosomes (23 apportés par chacun des 2 partenaires).

 

Moment de la nidation

Au 4ème jour après la fécondation, l’œuf arrive dans l’utérus après avoir parcouru la trompe. C’est alors le moment de la nidation, l’œuf fécondé creuse tout simplement son nid dans la muqueuse de l’utérus.

Le nid est bien douillet car tout a été mis en œuvre pour recevoir cet hôte de marque. Pour l’occasion, les parois de l’utérus se creusent en de nombreux petits replis où se multiplient les vaisseaux sanguins. L’œuf, comme une petite ventouse, va se coller à cette paroi et progressivement s’y enfoncer pour s’installer confortablement pendant 9 mois.

Les premiers grands échanges

Vers le 10ème jour après la fécondation, l’œuf a trouvé son logis. Reste pour lui un problème crucial : il doit se nourrir et bien.

Ses besoins augmentent en effet de jour en jour car de nouvelles cellules se développent à une vitesse incroyable. Il va alors entrer en contact avec les vaisseaux maternels pour progressivement se structurer et former le placenta. 

Celui-ci prend la forme d’un disque dont une face est implantée sur l’utérus : c’est par là qu’arrive le sang maternel dans lequel bébé va puiser tous les éléments nécessaires à sa croissance : fer, acides aminés, sucres… Il joue aussi un rôle très important comme barrière de protection : il arrête en effet les éléments qui lui semblent nocifs comme la plupart des microbes et laisse passer vos anticorps qui vont protéger bébé des infections.

Sur l’autre face s’implante le cordon ombilical. Long d’environ 50 à 60 cm, il contient une veine et deux artères : la veine apporte au bébé nourriture et oxygène, les artères renvoient les déchets (gaz carbonique, urée…) au placenta qui s’évacuent ensuite dans votre circulation.

 

La magie de la nidation

Le fait qu’un embryon se fixe et se développe dans l’utérus peut paraître tout à fait normal, banal même. Et pourtant, pour les médecins et biologistes, ce phénomène relève d’un paradoxe incroyable : comment cet être totalement nouveau, unique et donc bien différent de vous, va-t-il pouvoir s’installer dans le corps de la maman, mener une vie de parasite en pompant ses ressources et ne pas être rejeté ?

En effet, normalement tout corps étranger introduit dans votre organisme sera systématiquement rejeté. Rappelons pour mémoire l’histoire des fameuses greffes d’organes qui firent découvrir ce comportement de rejet surnommé la “réaction immunitaire”.

Pourquoi cela se passe-t-il différemment au cours d’une grossesse. Bien sûr des ébauches de réponses ont été avancées et vérifiées mais la nature, semble-t-il, n’a pas encore dévoilé tous ses secrets.